Satyajit Ray au Festival des 3 Continents, Nantes 1991 – narrative.in / multiple media / in tempo & in situ / @aloknandi

Satyajit Ray au Festival des 3 Continents, Nantes 1991

A text written in 1991, for the 3 Continents Festival catalogue – in French.

« Hommage à Satyajit Ray, un programme du 13ème Festival des 3 Continents, Novembre 1991 »
Présenter Satyajit Ray réalisateur est inutile. Des films comme Le salon de musique, La maison et le monde, ceux de la trilogie d’Apu, parmi d’autres, ont assis sa réputation. Ray novelliste commence aussi à être connu, plusieurs de ses nouvelles ayant été notamment publiées en français. Pour enfin découvrir d’autres aspects rayens, une exposition de photographies et une photo-biographie – préfacée par Henri Cartier-Bresson et parue aux Editions Eiffel à Bruxelles (et puis chez Orient Longman en Inde) – ont pour but de montrer l’éclectisme de l’Artiste au travail. Satyajit Ray écrit, dirige, réalise, mais aussi dessine. Et surprise, on le découvre derrière la caméra, au montage et même en train de composer de la musique. Nemai Ghosh, un de ses photographes de plateau depuis 1968, se partage entre cinéma et théâtre. Il possède dans ses tiroirs plus de 100 000 photographies de Ray et de son équipe. La photo-biographie met en rapport ces portraits, dressés par quelqu’un devenu intime, avec des témoignages (des contributions) de diverses personnes, personnalités même, qui, à travers le monde, ont eu un rapport avec Ray ou son oeuvre.

Pour essayer d’appréhender les facettes de l’artiste, il faudrait retourner dans l’histoire de sa famille, de son enfance, de ses lectures. Musique, littérature, dessins n’avaient pas de secrets pour son grand-père et son père, proches de Tagore. Fils unique, Ray a perdu son père lorsqu’il avait deux ans et a vécu une enfance heureuse mais solitaire. Enfant, il allait déjà au cinéma (il avait déjà vu des Lubitsch vers l’âge de 20 ans). Adolescent, il découvre ce qui va devenir une obsession: la musique classique occidentale. A un âge où les jeunes Bengalis écrivaient des poèmes, Satyajit collectionnait des disques et prenait l’étude de la musique à coeur. Enfin, ses lectures étaient fictions en anglais, Jules Verne, Conan Doyle……

Bref, il n’avait point conscience de ses racines bengalies. Après avoir terminé un graduate en économie à Calcutta, il décida d’aller étudier à Santiniketan, l’université de Tagore, pour répondre surtout à un souhait de sa mère. Il s’inscrivit en section peinture, sans aucun souhait de devenir peintre, mais parce qu’il était doué pour le dessin déjà dès son plus jeune âge – don certainement hérité de son père. Etudes qu’il abandonne après deux ans et demi. Mais ce passage obligé lui avait non seulement permis de retrouver une tradition indienne, mais surtout appris à regarder peinture et nature. De retour à Calcutta, Ray qui adore la ville dans toutes ses agitations et turbulences, allait enfin retrouver ses cinémas et ses rues grouillantes. Il allait travailler comme artiste dans une agence de publicité. La seconde guerre mondiale avait fait venir ses soldats étrangers et leurs films – Chaplin, Keaton mais aussi Capra, Ford, Wyler, …

Et la corrélation entre musique classique et cinéma allait s’affirmer auprès de lui: rythme, contraste, temps, état d’esprit… Musique occidentale et non indienne, qui elle est improvisée, la structure en étant décorative et non dramatique. Il remarqua aussi que tous les pionniers du cinéma, ceux qui en ont créé le langage et la grammaire, étaient sensibles à la musique: Griffith, Abel Gance, Eisenstein; l’intérêt qu’il portait au cinéma l’amena à créer la Calcutta Film Society en 1947, mais aussi à écrire des scénarios. Pendant ce temps-Ià, il illustrait aussi des histoires et préparait des couvertures de livres pour une jeune maison d’édition. C’est d’ailleurs en illustrant Pather Panchali qu’il eut l’idée d’en faire un film.

Deux évènements, feront basculer sa carrière de directeur artistique d’une agence de publicité vers le cinéma à temps plein: la rencontre avec Jean Renoir, venu à Calcutta pour le tournage du Fleuve (1948-50) et, un an plus tard, Le voleur de bicyclette de De Sica, qu’il voyait pour la première fois à Londres. Une révélation qui allait confirmer son désir de devenir réalisateur.

Après plusieurs films, c’est seulement en 1961 qu’il relance Sandesh, la revue pour enfants créée par son père en 1913 (magazine qui après 13 années d’existence allait être réédité en 31-32 pour quelques années et ensuite disparaître). Rédacteur en chef, Ray y écrit aussi des nouvelles qu’il illustre.

Et ainsi, ces trente dernières années, Ray a consacré et consacre son temps à ses films, à ses nouvelles, à ses dessins et à la musique qu’il compose pour ses films.

Alok b. Nandi

Bruxelles le 28.10.1991